MEMBRE DE
  • CUISINE
  • PRIX
  • LIEU

Sushi Bâ

Restaurant plutôt bien
Restaurant Sushi Bâ -
C’est en ouvrant la porte de ce sympathique traiteur Japonais spécialisé dans la livraison de sushis que les goûts et les couleurs ont surgi !

Le vert donne le ton : Thon que l’on retrouve dans les assiettes, mais plus pour longtemps car Sushi Ba s'est lancé dans une démarche écologique en supprimant de sa carte le thon rouge, en voie de disparition...

Des sièges au plafond, il rappelle la couleur des rizières d’Asie. Mêlé au blanc, il égaie et vivifie l’esprit.

Restaurant Sushi Bâ -
La salle est lumineuse, la décoration épurée mais chaleureuse et le mobilier moderne.
On est là dans une décorum qui change de la restauration japonaise traditionnelle.

Un bar vous invite à vous assoir face à la cuisine. Vue sur les sushis et les makis en préparation ! Les papilles s’impatientent…

Pour ceux qui veulent prendre leur temps, des tables sont alignées jusqu’au fond de la salle. Joliment décorées, on y trouve de quoi devenir un vrai japonais : baguettes, essuie-mains, sauce au soja sucrée et salée avec ses coupelles et une carte rigolote et ludique.

Une charmante femme vous invite à vous assoir. C’est son mari et un ami de fac qui ont eu l’idée de créer cette entreprise en 2004.
Depuis, elle s’est largement développée puisqu’on trouve 4 « Sushi Bâ » dans Paris et un à Vanves, en banlieue sud.

Peut-être parce que le concept de ces deux compères répond à une attente du large public : des plats peux onéreux, une nourriture sans grande prétention mais avec des ingrédients naturels et savoureux.

Trois mots désignent d’ailleurs la ligne de conduite de cette chaîne de restauration : qualité, fraîcheur et traçabilité. A cela s’ajoute le désire d’offrir une cuisine moderne et créative avec des plats innovants que l’on ne trouve pas ailleurs.
Cette cuisine touche une clientèle assez jeune et plutôt féminine. Elle est le plus souvent commandée. Car Sushi Bâ est une chaîne de restauration et de livraison à domicile !

Elle est représentée par un manga livreur, un personnage loufoque dont on retrouve les aventures sur le site web de l’entreprise.
A travers de petits courts-métrages, nous le suivons dans ses livraisons de sushis un peu particulières. Casque en main et cheveux jaune vif hérissés, il se retrouve dans de bien drôles de situations !
Cet esprit amuseur se retrouve dans les assiettes du restaurant. Les makis et les sushis sont tous aussi colorés les uns que les autres.
La présentation est simple mais délicate et les portions assez généreuses.
Du gingembre découpé en forme de rose, des concombres joliment ciselés et quelques cuillerées de wasabi agrémentent chaque plat. Mais le plus important est les sushis et les makis me direz-vous !

Pour ma part, je fus comblée ! Les plats se sont enchaînés sans que je puisse me rendre compte du nombre de sushis que j’avais pris dans mes baguettes. Et oui, j’ai dû réapprendre à manger avec les baguettes !

J’ai tout de même commencé par déguster  une « soupe miso » (soupe traditionnelle à base de soja, tofu, champignons, poireaux et algues).
Franchement savoureuse, parfumée…Moi qui aime les soupes en générale, elle m’a ravie les sens.

Puis, aidé de Pascal (testeur et responssable de « restoaparis ») j’ai attaqué le gros morceau.
J’ai pris d’assaut des makis de toutes sortes. La carte propose des makis classiques, des makis découverte, des futo makis (qui sont plus larges et plus fins) et des makis california (qui sont à base de poissons)…
A vous de faire le choix ! En dehors des makis classiques, les makis proposés sont souvent des créations du restaurant. Des créations que l’on ne trouve qu’en France, histoire de s’adapter et de plaire à la clientèle parisienne. J’ai pu goûter au quatre grandes sortes de makis. Mon préféré ?
Le maki découverte à base de saumon et de fromage frais ! Relevé avec une goute de citron : c’est mystique !
Et, à 7 euros les huit,  le plat reste abordable. 

Dans un autre registre, le maki california à base de riz aux graines de sésame, de thon cuit et d’avocat est un délice aussi (6 euros les six pièces).
Dans les classiques, le saumon –avocat, trempé dans la sauce au soja et au wasabi, est savoureux comme l’Iromaki jaune (rouleau de riz à base de radis mariné et d’avocat enroulé dans une feuille de soja).

Est ensuite venu l’heure des sushis.
J’ai engouffré celui au crabe. Pascal celui aux algues pimentées. La portion était copieuse mais nous ne nous sommes pas avoués vaincus !

Nous avons poursuivi notre aventure gustative en terre nipponne. Les sushis au saumon (simple mais gouteux et frais) ainsi que les sashimis de saumon aux graines de sésames ont clôturé cette première étape.

Repus mais déterminés à aller jusqu’au bout de notre aventure, nous avons pu déguster des Yakitori (ou brochette de viande) au poulet, aux boulettes de poulet et au bœuf-fromage. Une tuerie ! Du bœuf fourré d’un fromage chaud et dégoulinant : fallait y penser !
En plus, la viande est tendre et facile à manger. On n’a pas besoin de l’arracher comme un barbare avant de pouvoir la déguster. Pratique pour les couples ! Histoire de garder sa dignité même dans l’effort. Ces Yakitoris se mangent deux par deux et le plat coûte aux alentours de 4,50 euros.
Pour terminer sur une note douce et encore originale, nous avons pris deux dessert différents : fuji fruity ® et fuji choconut®, sorte de sushi sucré avec un cœur au fruit (fraise ou mangue) ou au nutella (7 euros les 6 pièces). 
Un dessert appréciable mais moins délicat que les sushis salés, et puis après avoir déjà mangé autant de riz faut l'avouer, c'est un peu trop !

Pour agrémenter le repas, nous avons testé le vin en cannette.
Un vin conditionné en France. J’ai pris le rosé, Pascal le rouge. En tant qu’amatrice de bons vins et peut-être un peu traditionnelle là-dessus, il m’a été psychologiquement difficile de faire sauter l’opercule en aluminium de ma cannette. Une fois la chose faite, j’ai pu goûter à un vin doux et frais mais sans grand parfum…

Pour ceux qui se sentent alléchés par mon aventure, vous pouvez prendre un menu (uniquement le midi) qui variera de 6 à 9,50 euros (le plus cher comportant des brochettes de viande).
Comptez 2 euros pour les sodas, 2 euros pour un Perrier (en cannette) et 2 euros pour une San Pellegrino (50 cl). Le café n’est pas proposé dans ce restaurant.
Le soir, composez votre repas à la carte ! Comptez 2 euros en entrée pour un bol de soupe ou de riz et 6 euros pour une salade mixte. Comptez au maximum 7 euros pour les sushis et les makis en plats principal et 5 euros pour un crumble aux fruits rouges ou un fondant au chocolat en dessert. 

Avec une boisson, vous pourrez mangez convenablement pour moins de 15 euros.
Pour vos soirées, vos repas d’affaires ou vos anniversaires, vous pouvez même personnaliser vos menus. La salle dispose d’une capacité d’accueil d’environ trente places. C’est d’ailleurs la plus grande des cinq Sushi Bâ de Paris et Vanves.

A noter que l’entreprise s’engage dans la lutte contre l’extermination du thon rouge dont la présence a diminué de 80% en moins de vingt ans dans la mer Méditerranée. A partir du 1er janvier 2010, le thon rouge sera définitivement retiré des menus du Sushi Bâ.

Si vous voulez participer à cet engagement, allez jeter un coup d’œil (et plus) dans ce restaurant. C’est tout près de la station Poissonnières, ligne 7.
Bon appétit !

Restaurants de cuisine Japonaise à Paris

cuisine : Japonaise

horaires d'ouverture :

  • Ouvert tous les jours
    de 11h30 à 14h30
    et de 17h30 à 22h55
    Fermé Dimanche Midi

spécialités du restaurant :

  • Soupe miso
  • Maki california
  • Sushi au saumon
  • Yakitori
  • Fuji fruity

Tarifs de la carte :

  • Gamme de Prix :
    Entre 15 et 30 €
  • Menus :
    Menu Midi de 6 à 9,50 €
    Menu Fish & Garden à 17 €
  • Moyens de paiement :
    Chèque
    Carte Bleue
    Ticket Restaurant

Les plats classiques

Mini Carte de visite
Sushi Bâ
Note de la rédaction : 2
Cuisine Japonaise
83, rue la Fayette, Paris, France
Tel : 01-42-93-11-30
Gamme de prix : Entre 15 et 30 € http://www.restoaparis.com//photos-vip/sushi-ba-1/$file/sushi-ba-1.jpg