Adepte de la cuisine multi-culturelle, venez découvrir cette nouvelle adresse dans le 14ème située dans la rue pernety à deux pas du métro du même nom : L’alexandra.

La maîtresse des lieux est Alexandra, ancienne cadre dans l’industrie passionnée de cuisine et qui vient de se lancer un défi de taille : ouvrir son restaurant et faire partager et découvrir sa passion de la cuisine.
L’ancien bar a fait peau neuve en se transformant en un endroit charmant et cosy où l’on aime s’asseoir et partager un moment entre amis.

Une décoration contemporaine, soignée et moderne rend ce lieu agréable et ses fauteuils sont un vrai plaisir pour le corps.

Ce restaurant se conjugue en trois temps : de 18h à 20h c’est un bar avec son happy-hour et ses tapas classique et arménienne, de 20h à 23h en restaurant traditionnel et après 23h en bar lounge.

La lecture de la carte est déjà tout un voyage avec des plats qui sentent bon le dépaysement : mille-feuilles de poivron à la marocaine, supions à la plancha sur lit de tzatziki, cheeseburger maison, penne sauce pesto.

Les végétariens ne se sentiront pas exclus puisqu’il y a toujours une entrée et un plat pour eux.
La carte change régulièrement car tout ici est de saison et frais, le congélateur ne sert que pour le stockage de la glace artisanale d’un maître glacier ardéchois.

Suite aux conseils d’une cliente habituée des lieux, nous avons testé un mojito en apéritif et un verre de St Nicolas.

Lire L'Article

COURT
LONG

Pour l’entrée, notre choix s’est porté sur un caviar d’aubergine avec son oeuf poché et des samossas de volaille au citron vert et à la coriandre.

Le caviar d’aubergine n’est pas forcément un plat qui séduit à la lecture mais c’est une vraie séduction en bouche. Le notre était ultra frais avec un oeuf poché et quelques grains de fleur de sel, très fin et parfumé ; il répond à mes attentes, voir plus.
L’association avec un oeuf poché est original et l'ensemble se marie très bien.

Les samossas sont classiques dans leur présentation mais révèlent toute la fraîcheur des ingrédients à la première bouchée, ils sont très croustillants et généreusement garnis.
Le jus de citron réhausse le plat et la salade fraîche assaisonnée de vinaigre balsamique qui l’accompagne est croquante, c’est une entrée légère et une très bonne mise en bouche pour la suite.

Les plats sont le reflet de la multi-éthnicité du lieu.
Sur les conseils d’Alexandra nous avons choisi le bar à la sauce vanille et le magret de canard au miel de romarin.

Un poisson accompagné d’une sauce vanille, en voila une idée originale, et j’avoue que je suis intrigué par cette proposition. Une belle assiette généreuse arrive et un parfum de vanille chatouille mes narines.
Deux filets de bar tiennent compagnie à la poêlée de petits pois, carottes, fenouil et une timbale de riz à la façon du chef. Le riz est celui qui a bercé la jeunesse du chef, il est cuit à l’arménienne, pour simplifier c’est un riz façon pilaf avec des vermicelles, je peux vous dire qu’une fois que vous avez goûter ce riz vous ne pouvez qu’en redemander.

En ce qui concerne le bar, c’est une vraie surprise de découvrir que la vanille sublime le parfum du bar sans en altérer le goût.
C’est le juste équilibre entre le parfum de la vanille et l’iode du poisson, une très belle trouvaille.

Pour finir en beauté, les desserts nous posent de cruels dilemmes entre les desserts chocolatés, aux fruits ou encore les glaces. Après réflexion, nous avons fini par choisir le mi-cuit au chocolat avec sa boule de glace et la panacotta à la fraise tagada et aux fraises.

Le mi-cuit est fait à la demande donc il vous faudra attendre dix minutes pour le déguster. A son arrivée à table, vous serez convaincu que les dix minutes d’attente n’étaient que le préliminaire a un grand moment de bonheur. Le coeur est coulant et le chocolat est délicieux.
La glace qui l’accompagne change en fonction de l’arrivage du petit producteur, ce jour là une boule de mangue l’accompagnait et en la dégustant on a l’impression de manger le fruit tellement les arômes sont bien restitués.

La carte change souvent mais le mi-cuit est à vie sur la carte, tant mieux.

La panacotta à la fraise tagada et aux fraises est un plat que vous ne trouverez sans doute pas ailleurs. Les fraises sont croquantes et goûtues. C'est léger, et les fraises tagada donne un goût original à cette crème et nous rappelle notre enfance. Toutes les personnes qui goûteront ce dessert seront à n’en pas douter conquises.

Nous partons du restaurant avec regret car nous n’avons pas vu le temps passé, nous nous sommes régalés et nous nous demandons déjà quand nous reviendrons.

Informations pratiques

L'Alexandra

Menus

TAGS ZONE

D'autres restaurants à Paris
qui vont vous plaire !

Les Nouveaux Restaurants