MEMBRE DE

L'Orangerie

Bon Restaurant
Panoramique du restaurant L'Orangerie à Paris Le pont de l'Archevêché traversé, me voilà sur l'île, en plein coeur du vieux Paris. Les pavés, les vieilles façades, les rues étroites, je redécouvre avec plaisir le charme indéniable de l'île Saint-Louis.

Nous sommes en plein mois d'août, les touristes déambulent en dégustant les fameuses glaces Berthillon, un air de jazz flotte dans l'air, c'est le soir idéal pour aller tester ce lieu mythique, imaginé il y a de nombreuses années par Monsieur Jean-Claude Brialy.

Fini les petites fenêtres et la dominante rose de l'établissement, les nouveaux propriétaires, Michel et Malika Puren, ont voulu ouvrir le restaurant sur la rue et lui ont donné un côté design. C'est élégant et raffiné.

Les poutres sont maintenant blanches et grises, les murs noir et blanc, clin d'oeil aux vieux films.
Et justement le cinéma est ici à l'honneur puisque les plus grands films du cinéma français sont projetés sur différents écrans. L'idée des pellicules de films est géniale, je n'en dis pas plus...
Au-dessus de la magnifique cheminée, un joli cadre se souvient pêle-mêle de la carrière de Jean-Claude Brialy, l'hommage est fait avec beaucoup de raffinement.
C'est sur la musique du Parrain que je découvre la carte. Après une longue réflexion, mon choix est fait quand je tombe sur le menu. Et voilà plein d'autres suggestions plus alléchantes les unes que les autres. J'appelle le chef à l'aide, que me conseille-t-il ? Tout ! blague-t-il, mais il m'oriente tout de même.
Ce sera Tartare de betteraves à l'oeuf poché pour moi, et salade de haricots verts au foie gras pour mon invitée, c'est la suggestion du jour.
Je laisse de côté les asperges à la moutarde, les huîtres Gillardeau, les lentilles du Puy au magret, le médaillon de homard ou encore la terrine de brousse aux tomates sèches. Nous ne pouvons malheureusement pas tout goûter...
 
Mon tartare est présenté comme un vrai tartare de boeuf, tout rond. Les betteraves sont coupées finement et supportent l'oeuf poché et sa tuile au parmesan. La présentation est soignée, c'est frais et délicat au palais. La salade de haricots se marie très bien avec les 2 fines tranches de foie gras, relevées par un "Z" de vinaigre balsamique qui décore l'assiette.
 
Comptez de 12 € à 28 € pour les entrées.
Mon choix se porte ensuite sur le turbot. Pour une fois que du poisson sauvage est proposé, je saute sur l'occasion. Mais le chef vient me vanter aussi les mérites de la viande d'Aubrac, qui se coupe toute seule, paraît-il, sans l'aide du couteau. En grande carnivore que je suis, je ne résiste pas. Mon invitée commande les Coquilles saint-jacques à la provençale.

Le filet de boeuf arrive, présenté entouré de quelques morilles, moelleuses et imbibées de cette sauce bien crémeuse qui tapisse l'assiette. La viande est en effet d'une grande tendreté, on ne m'a pas menti. Le petit gratin dauphinois qui l'accompagne est aillé et crémeux, parfait !

En face de moi, les 5 noix de saint-jacques sont présentées sur une assiette rectangulaire, et proposées avec quelques petits légumes : tomates, haricots. C'est léger et les noix sont bien saisies.
A la carte ce soir-là étaient aussi proposés : la cannette fermière de Challans rôtie, le carré d'agneau, le turbot braisé et crémé au vin blanc de Loire. De 16 € à 30 € pour les plats.
 
Je déguste avec ma viande un côte rôtie 2002 de la maison Lampuis, et mon invitée découvre avec plaisir un vin blanc Condrieu 2006 de chez Guigal.
La carte propose des références de toutes les régions de France, de manière équitable. Comptez de 25 € à 150 € pour les Bordeaux, de 46 € à 100 € pour les Bourgogne. Pour les vins du sud (Languedoc et Provence), de 26 € à 35 €. Quelques vins bio sont présents sur la carte comme un bourgueil ou encore un saumur, et enfin plusieurs références au verre de 6 € à 15 €.

Nous avions commandé au début du repas la Tarte fine aux pommes, qui nécessite un temps de préparation un peu plus long, et nous rajoutons à cela le Moelleux au chocolat fait minute.

Le feuilleté de la pâte est bien aéré, on voit toutes les feuilles ! Dessus, des pommes, de la cassonnade et c'est tout.. C'est simple et délicieux, les fruits sont bien mis en valeur et la glace (une vraie crème) au lait d'amande est si bonne que je la finis en quelques coups de cuillère, n'étant pourtant pas une grande amoureuse des glaces.

Le moelleux, lui, porte bien son nom, il fond dans l'assiette.
Une glace à la vanille (de chez Berthillon) fait de ce dessert un chaud-froid très gourmand. Desserts de 8 € à 10 €.
L'équipe de l'Orangerie honore avec brio la mémoire de ce lieu.

Le mot plaisir prend ici tout son sens. Plaisir des yeux, plaisirs de la bouche...

C'est un sans faute qui mérite sans hésitation notre coup de coeur.

Restaurants de cuisine Francaise à Paris

cuisine : Francaise

horaires d'ouverture :

  • Ouvert du Mardi au Dimanche
    de 12h00 à 14h30
    et de 19h00 à 22h30

Tarifs de la carte :

  • Gamme de Prix :
    Entre 15 et 30 €
  • Menus :
    Menus à 27€ et 35€
  • Moyens de paiement :
    Chèque
    Carte Bleue
    Ticket Restaurant
    Amex
Mini Carte de visite
L'Orangerie
Note de la rédaction : 4
Cuisine Francaise
28, rue Saint-Louis en l'Ile , Paris, France
Tel : 01-46-33-93-98
Gamme de prix : Entre 15 et 30 € http://www.restoaparis.com/