image

" Fermeture définitive ! "

« Bon dimanche sous vos applaudissements », cela vous rappelle quelque chose ? Eh oui Jacques Martin en direct du théâtre de l’Empire tous les dimanches après-midi.

C’est à la place de ce théâtre que s’est ouvert le restaurant Makassar (nom d’une ville indonésienne) après des travaux gigantesques, à deux pas de la place des Ternes, en plein 17ème arrondissement de Paris.

Le décor est sublime et les proportions immenses.
Réservation indispensable pour ce lieu fréquenté par des célébrités.

Un grand paravent semble refléter des ombres chinoises au mur, de gros photophores posés à même le sol tamisent la pièce. Le mobilier est magnifique, élégant et la terrasse promet des moments bien agréables aux beaux jours.

La carte est présentée en 2 parties : à gauche la France, à droite les spécialités indonésiennes.

Dans les entrées nous découvrons donc les ravioles de saint-jacques, le foie gras maison, le homard en cocktail, la salade niçoise et la gratinée lyonnaise.

Lire L'Article

COURT
LONG

Côté Indonésie : une soupe de coco, potiron et épinards, le gado gado (haricots verts, tofu frit, soja, chou, crème de coco), la salade de haricots verts canard mariné et une entrée à base de fèves, papaye et gambas.

Parmi tant de choix, nous ne savons que prendre. Le chef de salle nous propose alors de goûter une déclinaison d’entrée, en petites quantités. Le bal peut commencer ! 5 hors d’œuvre font leur entrée.

Les ravioles de saint-jacques d’abord : un peu fade à mon goût, je m’attendais à une sauce au piment d’Espelette plus relevée, d’un autre côté le goût des coquilles est bien présent.

Les brochettes de bœuf à l’indonésienne sont tendres et légèrement sucrées, au bon goût de cacahuètes. Le foie gras presque « mousseux » contraste avec la fermeté du chutney.

Les gambas, joliment présentées debout sont fermes et la fondue de légumes dessous est très parfumée.

Pour la suite nous continuons notre « mix » franco-indonésien.
Ce sera lotte aux cocos de Paimpol pour mon invitée, satai ayam pour moi : ce sont des brochettes de poulet. Un triangle de lotte bien ferme est accompagné de cocos présentés comme un risotto avec une tuile de lard au sommet. Les cocos, qui ont sans doute été cuits dans le lard sont bien salés, moi j’adore, mon amie un peu moins.

Le plat indonésien me ravit : 4 brochettes de poulet mariné sont proposées avec une petite sauce soja sucrée dans un ramequin et un délicieux riz sauce coco accompagne le tout.

Comptez de 22€ à 32€ pour les plats.

Autres suggestions de plats à la carte : lieu d’automne, suprême de poulet fermier, canard en tournedos, agneau de Provence. Voilà pour le côté français. Bœuf braisé, cuisse de canard confite et panaché de fruits de mer côté indonésien.

Côté vins : vous avez le choix entre 10 blancs de 26 € à 45 € ; Alsace, Pinot, Chablis; 10 rouges de 26 € à 62 € dont un Mercurey à 55 €. Les vins rouges sont divisés en plusieurs catégories, bien pratiques pour les novices : légers, soyeux et puissants. Possibilité de vin au verre de 6,50 € à 11,50 €.

Nous choisissons en dessert une crème brûlée au thé de Makassar et un sablé aux figues.
Desserts de 10 à 13€.

Le sablé est une pâte rectangulaire sur laquelle repose des figues fraîches ouvertes en deux. Ce dessert est servi avec une glace maison au fromage blanc.

Ma crème brûlée me ravit (et je ne suis pourtant pas un « bec sucré »), c’est vraiment rare qu’un dessert me plaise autant et surtout que je le finisse ! Là c’est le cas. Ce sont les célèbres thés Mariage Frères qui ont créé spécialement une variété pour le Makassar, le thé est très présent dans la jolie crème de couleur brune. Elle est caramélisée et servie tiède, un bonheur !

Informations pratiques

Makassar

Menus

D'autres restaurants à Paris
qui vont vous plaire !

Les Nouveaux Restaurants